STOP A LA DESINFORMATION AU SUJET DU CONFLIT ISRAELO-PALESTINIEN, QUE LES MEDIAS FASSENT UN VRAI TRAVAIL

Publié le par Stella Vidal

RAS LE BOL DE LA PROPAGANDE QUASI GENERALE PRO-PALESTINIENNE !

Le Hamas et le Jihad islamique, un groupe radical allié, ont tiré en cinq jours environ 660 obus et roquettes ont été tirés, dont 140 ont été interceptés par le système de défense antimissiles Iron Dome, et si on en croit la plupart des médias, c’est Israël le grand méchant !!! Décidément, les médias à 90% sont des désinformateurs !

http://www.lexpress.fr/actualite/israel-palestine-les-raids-meurtriers-sur-gaza-se-poursuivent_1559009.html

Voir les commentaires

LETTRE OUVERTE A MON MOUVEMENT UMP

Publié le par Stella Vidal

LETTRE OUVERTE A MON MOUVEMENT UMP

Mesdames, Messieurs,


Nous regrettons amèrement d'avoir renouvelé notre adhésion à l'UMP le mois dernier. Effectivement, nous sommes 4 affiliés dans notre maison familiale. Nous avions hésité, puis, nous nous étions dit qu'on voterait à l'automne pour un Président qui nous agrée. Las, ce qui se passe nous écoeure, vous nous avez imposé un triumvirat sans notre avis, le déballage médiatique est peut-être exagéré mais tout le monde sait qu'il n'y a pas de fumée sans feu. Vous les cadres et responsables de l'UMP, vous avez complètement oublié que si le mouvement existe c'est parce qu'il y a des militants et des sympathisants qui croient en des valeurs que vous ne représentez plus. Vous avez délibérément puisé d'une manière ou d'une autre dans les caisses du mouvement, à tort et à travers, on comprend mieux les batailles sanglantes pour prendre la direction du parti. Nous militants qui avons organisé l'accueil dans les bureaux de vote et veillé à ce que tout se passe bien lors des élections à la Présidence n'avons toujours pas digéré ce qui s'est passé à ce moment-là devant les caméras de télévision c'était honteux et grotesque. Vous avez tué le mouvement, vous êtes les seuls responsables. Et maintenant, je vous soupçonne même à l'instar de beaucoup d'autres militants de participer à la cabale contre Nicolas Sarkozy. Ah il vous dérange Nicolas Sarkozy, ça titille vos égos qu'il soit aimé par une majorité d'entre nous ! Hé bien c'est comme ça, faudra vous y faire ! Et croyez bien que si Nicolas Sarkozy monte un parti politique, il n'aura aucun mal à recruter des militants lui. Alors Basta, les Fillon, Raffarin, Juppé et compagnie, et vive une autre génération, plus jeune, plus motivée par une politique honnête et pas par les cirages de pompes et ambitions démesurées, qui nous permettra de repartir de zéro. Car, vous pouvez toujours organiser les élections pour la Présidence, mais sans Sarkozy, sans nous les militants, vous n'aurez plus personne pour vous soutenir.
Recevez mes salutations distinguées.
Stella Vidal

Voir les commentaires

ILS FONT TOUT POUR RENDRE NICOLAS SARKOZY INDEFENDABLE : Y ARRIVERONT-ILS ?

Publié le par Stella Vidal

ILS FONT TOUT POUR RENDRE NICOLAS SARKOZY INDEFENDABLE : Y ARRIVERONT-ILS ?

Pour Charles Consigny, ce jeune homme intelligent et cultivé de 24 ans, les accusations portées contre Sarkozy tiennent du procès stalinien et font oublier qu'il est la seule alternative au socialisme.

Regardez, lisez son analyse de la situation actuelle de Nicolas Sarkozy, voilà quelqu’un qui a tout compris et met les mots justes sur une situation incroyablement hallucinante. MERCI MES AMIS.

Nicolas Sarkozy est devenu indéfendable. On ne peut plus prononcer son nom sans déclencher immédiatement la réprobation générale. Il est coupable, ça se voit, tout le monde le sait, et si pour l'instant il n'a été condamné à rien, c'est parce qu'il est malin et qu'il a du pouvoir, et qu'en conséquence il s'est bien défendu. On lui reproche de trop bien se défendre. Comment fonctionne un procès stalinien ? On vous accuse d'une chose absolument infamante que vous n'avez pas commise, mais dont le soupçon vous salit, attente à votre honneur, à votre réputation, à votre dignité. Vous répliquez avec véhémence, vous vous énervez. Et là on vous dit : "Ah, mais vous voyez que vous êtes de mauvaise volonté !" Et on vous condamne non pour l'accusation mensongère initiale, mais pour l'énergie que vous avez mise à vous défendre. C'est, en l'état actuel des choses ce qui arrive à Nicolas Sarkozy.

Personne n'a intérêt à ce qu'il s'en sorte à gauche comme dans une certaine droite, et je ne vous parle même pas du centre !

Quand on l'a accusé d'avoir un ami à la Cour de cassation, on a fait comme si juges et avocats, dans tous les tribunaux de France, ne se connaissaient pas, ne se parlaient jamais, vivaient dans des mondes hermétiques.

C'est la paresse qu'on a assez vue en France, la lenteur, le corporatisme, la médiocrité, la moitié du pays abrutie par l'inefficacité dispendieuse de l'administration socialisée, les petits marquis de l'État qui se gavent sur la bête en prenant de grands airs. Nicolas Sarkozy n'a pas vendu son âme au mensonge généralisé qui a dépouillé notre pays et éteint la flamme de son peuple au nom de quelques concepts creux qu'on agite parce qu'il n'y a plus rien. Ce président tant décrié porte et incarne une alternative à cette gangrène qui profite à quelques nantis petits et grands, et c'est pour ça qu'on use de tous les moyens possibles pour l'étouffer et étouffer avec lui cette alternative. Bas les masques !

Voir les commentaires

MISE EN EXAMEN DE NICOLAS SARKOZY : LES 4 FAILLES JURIDIQUES DU DOSSIER

Publié le par Stella Vidal

MISE EN EXAMEN DE NICOLAS SARKOZY : LES 4 FAILLES JURIDIQUES DU DOSSIER

L'affaire pour laquelle l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, le haut magistrat Gilbert Azibert et l'avocat Thierry Herzog sont mis en examen souffre de plusieurs fragilités juridiques.

Des écoutes à «filet dérivant»

«C'est interdit, vous ne pouvez utiliser les écoutes d'un dossier pour un autre, les juges sont sortis de leur saisine», martèle le bâtonnier de Paris, Pierre-Olivier Sur, qui dénonce depuis des semaines ces «écoutes à filet dérivant». Les enregistrements réalisés dans le cadre de l'enquête sur un éventuel financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy ne peuvent pas, explique l'avocat, être «recyclés» pour un autre dossier. L'utilité de procéder à des écoutes en 2013 pour éclairer des faits ayant eu lieu en 2006 suscite par ailleurs des doutes quant au but réel de ces écoutes… Elles seront contestées devant la chambre de l'instruction puis éventuellement devant la chambre criminelle de la Cour de cassation - un processus qui peut durer de longs mois.

Une possible violation du secret professionnel des avocats

La profession s'insurge également contre le fait que des échanges entre un avocat, Thierry Herzog, et son client, l'ancien chef de l'État, aient pu être retranscrits lors des écoutes. Ces questions ont été prises au sérieux par François Hollande lui-même qui a déjà reçu le bâtonnier de Paris et promis un texte de loi spécifique pour septembre prochain. Mardi, de plus, les gardés à vue ont découvert qu'une conversation très personnelle entre l'avocat de Nicolas Sarkozy et son bâtonnier avait été enregistrée. Quelques jours après que son domicile eut été perquisitionné en mars dernier, Thierry Herzog, sous le choc (il avait notamment dû prendre sa douche la porte ouverte), à bout de nerfs après cinq nuits d'insomnies, a composé au petit matin le numéro de Pierre-Olivier Sur comme on appelle au secours, «à l'heure où Napoléon disait que l'on perd tous les combats», selon l'expression du bâtonnier. «Les juges ont franchi la ligne jaune, s'insurge-t-il. Cette conversation est couverte par le secret professionnel.»

Un trafic d'influence difficile à établir

Les policiers cherchent à prouver que Nicolas Sarkozy aurait tenté d'obtenir des informations sur la décision que s'apprêtait à prendre la Cour de cassation sur le sort de ses agendas saisis dans le cadre de l'affaire Bettencourt. Dans ce but, un poste «de prestige» à Monaco aurait été promis à Gilbert Azibert, avocat général à la Cour de cassation. Les écoutes semblent toutefois elliptiques et n'établissent pas formellement un tel «marché». Selon Nicolas Sarkozy, elles prouveraient même qu'il s'est refusé à toute intervention. La principauté de Monaco a confirmé que Gilbert Azibert avait été candidat à un poste de magistrat à la Cour de révision (équivalent à Monaco de la Cour de cassation) mais a immédiatement précisé «qu'aucune intervention extérieure n'est venue interférer dans cette procédure de recrutement». La direction des services judiciaires monégasque a aussi refusé de recevoir sur place les deux juges d'instruction Patricia Simon et Claire Thépaut, mais a réalisé l'enquête qu'elles avaient demandée sur commission rogatoire. Le poste en question, déjà pourvu, ne permet pas de s'installer sur le Rocher. Et ne donne lieu qu'à quelques missions annuelles.

La violation du secret de l'instruction à définir

Si jamais l'ancien chef de l'État a bénéficié d'information venant du milieu judiciaire, il peut être coupable de recel de violation du secret professionnel. La violation du secret elle-même vise actuellement le haut magistrat Gilbert Azibert et l'avocat Thierry Herzog. «Qu'un ancien président bénéficie d'informations privilégiées ne m'étonne guerre, souligne un fin connaisseur du monde judiciaire, mais identifier ses nombreux informateurs ne sera pas aisé.»

Voir les commentaires

FACE AU POSSIBLE RETOUR DE SARKO, CEUX QUI SONT POUR, LES TIEDES, ET LES TRAITRES

Publié le par Stella Vidal

FACE AU POSSIBLE RETOUR DE SARKO, CEUX QUI SONT POUR, LES TIEDES, ET LES TRAITRES

Face au possible retour de l'ancien président, sarkozystes historiques et autres anciens proches s'organisent, faisant ainsi bouger les lignes entre les partisans de son «come-back» et les opposants.

Alors que le retour de Nicolas Sarkozy sur la scène politique paraît possible, ses proches, historiques ou plus récents, s'organisent en vue de cette échéance. Si les fidèles, comme Brice Hortefeux ou Nadine Morano, se tiennent déjà prêts, d'autres, comme Christian Estrosi, hésitent à jouer leur propre carte. Sans compter le cas d'anciens ministres, comme François Fillon ou Xavier Bertrand, qui ont déjà déclaré la guerre à l'ex-chef de l'État. Passage en revue.

• Les indéfectibles soutiens

Brice Hortefeux: C'est lui qui a battu en premier le rappel pour le retour de Nicolas Sarkozy. Fidèle d'entre les fidèles, Brice Hortefeux estimait début juin dans Le Monde que le retour de l'ex-président à la tête de l'UMP devenait une «nécessité». Un souhait qui, dans la bouche de l'ancien ministre, fait quasiment figure d'annonce officielle, tant l'«ami de quarante ans» a l'habitude de jouer le porte-parole officieux. Depuis, il s'efforce de resserrer les rangs des sarkozystes et de déminer le terrain pour faciliter son retour.

Nadine Morano: Indéfectible soutien, Nadine Morano appelle sans cesse au retour de Nicolas Sarkozy. Pour elle, il «n'a pas le choix, il doit revenir». «Nous avons besoin d'un vrai leader, nous avons besoin d'un chef, nous avons besoin de quelqu'un qui incarne une vraie politique. Donc je dis à Nicolas Sarkozy: “C'est maintenant ou jamais”», lançait-elle début juin sur iTélé. Samedi matin encore, elle lui a conseillé de soigner son look en prévision de son retour. «Il lui reste deux mois pour se raser», a-t-elle écrit sur Twitter.

Roger Karoutchi: Le sénateur UMP des Hauts-de-Seine multiplie les appels au retour de Nicolas Sarkozy. «Nicolas Sarkozy, on a besoin de toi, reviens», avait-il lancé début juin. Depuis, il réclame une accélération de son calendrier de retour.

• Les sarkozystes qui hésitent

Christian Estrosi: Secrétaire général de l'association des amis de Nicolas Sarkozy, fondée au lendemain de la défaite de 2012, Christian Estrosi n'en a pas moins décidé de prendre ses distances avec l'ex-président. Dans une interview samedi à Nice matin, l'ancien ministre se défend d'être un «Sarko béat», y allant de ses commentaires acerbes sur son bilan à la tête de l'État. «La plus grande erreur a sans doute été l'ouverture», regrette-t-il. Surtout, le maire de Nice franchit un cap dans son opposition: il affirme qu'il pourrait être candidat à la primaire de 2017 face à son ancien mentor. Un pas qu'il n'avait jamais osé franchir jusque-là.

Henri Guaino: Dans la bataille qui se joue actuellement pour la tête de l'UMP, l'ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy serait bien tenté par une candidature à l'automne pour incarner les valeurs d'une droite qui s'assume, comme le rapportait L'Opinion le 18 juin . Depuis plusieurs jours, Henri Guaino consulte à tout va au sein de l'UMP. Mais osera-t-il affronter son ex-patron si celui-ci se présentait? S'il déclare avoir conservé de très bonnes relations avec lui, il juge toutefois, selon L'Opinion, que les choses ont changé. «Je ne souhaite plus avoir le rôle que j'ai eu à ses côtés. Je ne retournerai pas à l'Elysée», affirmait-il fin avril.

• Ses anciens ministres devenus opposants

François Fillon: Il avait commencé à se démarquer de Nicolas Sarkozy dès le lendemain de sa défaite, le 6 mai 2012. Depuis, François Fillon n'a eu de cesse de se présenter comme son rival numéro un. Dans une interview jeudi à L'Express, l'ex-locataire de Matignon marque sa «rupture» avec l'ancien président en vue de 2017. Un slogan qui rappelle le vocabulaire de la campagne de l'UMP pendant la présidentielle de 2007 et qui vise justement Nicolas Sarkozy.

Xavier Bertrand: C'est sans doute le plus virulent à l'égard de Nicolas Sarkozy. Depuis plusieurs mois, Xavier Bertrand, qui fut pourtant le porte-parole de l'ex-président en 2007, mène une fronde ouverte contre lui. Dernière attaque en date: il y a une semaine dans le JDD, l'ancien ministre estimait que Nicolas Sarkozy ne saurait incarner le renouvellement à l'UMP. Dans la pratique, le maire de Saint-Quentin (Aisne) promet qu'il sera candidat à la primaire de 2016 «quoi qu'il arrive». Autrement dit: Nicolas Sarkozy présent ou pas.

Alain Juppé: L'ancien ministre des Affaires étrangères pourrait être le concurrent le plus sérieux de Nicolas Sarkozy. Alors qu'il entretient de bonnes relations avec l'ex-président depuis son départ de l'Élysée, Alain Juppé s'est positionné pour la première fois mercredi en vue de 2017. Sur BFMTV, il a assuré qu'il n'excluait pas de se présenter à la primaire de 2016 qui désignera le candidat de l'UMP pour la présidentielle. Mais contrairement à Bertrand et Fillon, l'ancien premier ministre de Jacques Chirac se garde d'être dans une opposition frontale à Nicolas Sarkozy. Les deux hommes se sont d'ailleurs vus en début de semaine pour faire le point sur la situation de l'UMP, sans que rien ne fuite sur leurs échanges.

Voir les commentaires

POUR GEOFFROY DIDIER, L'ARGENT PUBLIC NE DOIT PLUS FINANCER LES SYNDICATS

Publié le par Stella Vidal

POUR GEOFFROY DIDIER, L'ARGENT PUBLIC NE DOIT PLUS FINANCER LES SYNDICATS

LE SCAN POLITIQUE - Le Secrétaire général adjoint de l'UMP exprimait son ras-le-bol ce dimanche après le mouvement de grève à la SNCF contre la réforme ferroviaire.

«Je vais vous faire une proposition simple et concrète aujourd'hui: qu'on arrête le financement public des syndicats». Invité du Brunch Politique de Sud Radio ce dimanche, Geoffroy Didier estime que les règles de financement de la vie syndicale doivent être réformées, alors que la grève a perturbé le trafic SNCF pendant une dizaine de jours.

«Il y en a assez qu'il y ait des syndicalistes assez peu représentatifs dans notre pays, mais qui soient financés sur plusieurs milliards d'euros avec vos impôts», lance le chef de file de la droite forte, alors que le coût du mouvement social est déjà évalué à 160 millions d'euros pour l'entreprise ferroviaire. «Moi je voudrais des syndicats plus représentatifs, plus responsables, plus puissants. Il n'y a aucune raison que nos impôts servent à financer le droit de blocage», a-t-il tranché ce dimanche.

En France le financement des syndicats est assuré de plusieurs façons: les cotisations que les adhérents versent, les contributions des entreprises (versées au titre de l'exercice du droit syndical), les subventions allouées par les collectivités locales aux unions locales de syndicats et enfin les subventions publiques destinées à financer certaines activités (formation des conseillers prud'hommes élus au collège des salariés, formation syndicale…).

Le financement de la vie syndicale pèse pour environ 4 milliards d'euros d'aides directes ou indirectes par an sur les deniers publics. Confrontés depuis de nombreuses années à l'effondrement des recettes provenant des cotisations, le poids de ces aides est devenu indispensable pour les organisations professionnelles. De nombreuses voix s'élèvent jusqu'aux têtes des organisations syndicales pour demander de clarifier ce système de financement régulièrement critiqué pour son opacité. Une complexité notamment mise en lumière par le rapport d'enquête parlementaire Perruchot en rédigé 2011.

Voir les commentaires

LA BONNE BLAGUE ! ET VOUS, VOUS ETES GEEK ?

Publié le par Stella Vidal

LA BONNE BLAGUE ! ET VOUS, VOUS ETES GEEK ?

Une fille s'’adresse à son père :
- Papa, il faut que je te dise que je suis amoureuse.
Avec Sébastien, nous nous sommes rencontrés sur Meetic, puis sommes devenus amis sur Facebook. Nous avons eu des discussions sur WhatsApp et il m’a fait sa déclaration sur Skype. Et maintenant, j’ai besoin de ta bénédiction.
- Ma chérie, un conseil : mariez-vous sur Twitter, achetez vos enfants sur eBay, recevez-les sur Gmail et, après quelques années, si tu es fatiguée de ton mari, mets-le sur le Bon Coin....

Pas belle la vie ?

Voir les commentaires

LES PIEDS NICKELES DE L'UMP, SVP CHANGEONS CES TETES, ON N'EN PEUT PLUS

Publié le par Stella Vidal

Au diable tous ces gens dont on ne veut plus ! Ils ont tous des égos surdimensionnés, ils ont déjà été aux fonctions, on en a marre de les voir. Arrêtons ce hold-up sur notre mouvement, changeons les têtes, place aux jeunes. Et si Sarko veut bien revenir se présenter en 2017, ouvrons-lui les bras car il est le seul à avoir le charisme et les compétences d'un Président.

LES PIEDS NICKELES DE L'UMP, SVP CHANGEONS CES TETES, ON N'EN PEUT PLUS

Voir les commentaires

AU SECOURS NICOLAS REVIENT !

Publié le par Stella Vidal

Au secours Nicolas revient ! les Socialos et autres gauchos sont complètement à l'Ouest, ils ont détruit la France, à l'UMP les égos surdimensionnés ne pensent qu'à leur cuisine dégueulasse et font prendre des risques inconsidérés au mouvement, Nicolas toi seul peux nous sauver : REVIENS

J'envisage sérieusement de ne pas reprendre ma carte de l'UMP selon ce qui va se passer dans les jours qui viennent, par rapport à Nicolas Sarkozy que je vénère !

AU SECOURS NICOLAS REVIENT !

Voir les commentaires

LE REGIME SCANDALEUX DES INTERMITTENTS DU SPECTACLE

Publié le par Stella Vidal

LE REGIME SCANDALEUX DES INTERMITTENTS DU SPECTACLE

Alors que les intermittents protestent contre la nouvelle convention d'assurance chômage, insurgeons-nous contre un système inégalitaire et rappelons-nous que les médias en profitent.

Le smicard de Valenciennes ou de Gandrange continue à cotiser pour faire vivre le festival d'Avignon ! Le contraire n’est pas vrai.

Il est totalement impossible de trouver le nombre et le coût des intermittents pour Radio-France, pourtant financée par le denier public et à ce titre soumise à l'obligation de transparence. Ah !qu'il est agréable de donner des leçons aux autres, mais de ne pas les appliquer soi-même…

Les médias profitent du régime d'assurance-chômage des intermittents et que, sans celui-ci, leur masse salariale exploserait §

Il est totalement impossible de trouver le nombre et le coût des intermittents pour Radio-France par exemple, pourtant financée par le denier public et à ce titre soumise à l'obligation de transparence. Ah qu'il est agréable de donner des leçons aux autres, mais de ne pas les appliquer soi-même…

Cela m'intéresserait de savoir combien de salariés du privé écoutent quotidiennement France Culture ! France Culture donnerait-elle à manger à celles et ceux qui en ont besoin ?

Le sujet fut effleuré en son temps par la Cour des Comptes. Dans son rapport de 2012 sur les intermittents, celle-ci précise: «environ 500 personnes ont été intégrées en CDI à Radio France entre 1999 et 2002, et Radio France accentue depuis ses efforts pour circonscrire strictement l'intermittence aux cas qui le justifient pleinement. On demande à voir ! Et ce n’est pas ce que les spécialistes disent !

Une honte ce système d’indemnisation des intermittents !

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog