A TOUS CEUX QUI ONT PEUR DE LA GRIPPE A : précisions utiles

Publié le par Stella Vidal

  • «La grippe A reste une grippette», assure le Pr Debré


    Crédits photo : AFP

    Dans un entretien au JDD, le célèbre professeur de médecine affirme que le virus H1N1 n'est «pas dangereux» et accuse les pouvoirs publics d'utiliser la grippe A à des fins politiques.

    La grippe A est-elle utilisée par les pouvoirs publics à des fins politiques ? C'est, en substance, ce qu'affirme aujourd'hui le professeur Bernard Debré dans un entretien au Journal du dimanche.

    Chef du service urologie à l'hôpital Cochin, membre du Comité national d'éthique et député UMP de Paris, le professeur Debré reproche aux autorités d'en faire beaucoup trop sur le virus H1N1, un virus bénin selon lui.


    «Cette grippe n'est pas dangereuse. On s'est rendu compte qu'elle était peut-être même un peu moins dangereuse que la grippe saisonnière. Alors maintenant, il faut siffler la fin de la partie !», déclare-t-il au JDD. Alors que l
    e premier ministre François Fillon table sur «plusieurs millions de Français» atteints à partir de septembre et évoquait «un risque de ralentissement de l'économie» lors d'une conférence de presse vendredi, Bernard Debré se montre très rassurant. «Cela reste une grippette», assure-t-il encore.

     

    «Tout ce que nous faisons ne sert qu'à nous faire peur»

     

    «Ce type de grippe était attendu et il faisait très peur» car «tout le monde avait à l'esprit le phénomène de la grippe aviaire H5N1, qui est très dangereuse pour l'homme avec un taux de mortalité de 60 à 65% mais pas contagieuse car elle passe difficilement la barrière des espèces», poursuit le professeur Debré.

    «Nous appréhendions une redistribution des gènes pouvant faire sortir un virus très virulent et très contagieux. Cette loterie a eu lieu, mais elle a produit un bon numéro: le H1N1. On redoutait un valet de pique, on a tiré une dame de cœur.»


    Particulièrement remonté contre les pouvoirs publics, Bernard Debré s'en prend aux gouvernements, coupables selon lui «d'avoir succombé à une sur-médiatisation politique de cet événement». «Tout ce que nous faisons ne sert qu'à nous faire peur (...) il est inutile d'affoler les populations sauf à vouloir leur marteler, à des fins politiques, le message suivant : bonnes gens dormez sans crainte, nous veillons sur vous», lance le professeur.


    Selon l'Organisation mondiale de la Santé, la grippe A a touché environ 140.000 personnes et fait près de 800 morts à travers le monde, la plupart étant des patients souffrant de pathologies multiples, en quatre mois. En France, l'Institut de veille sanitaire a recensé
    483 cas de grippe, dont aucun n'a été mortel.


    » DOSSIER SPECIAL - Tout savoir sur la grippe A/H1N1

    » Grippe A : l'OMS prévoit 2 milliards de malades

Commenter cet article

poeticluso 27/07/2009

Il met les points sir les i; merci pour ces précisions.Comment vas-tu ma chère Stella?Bonne semaine. Gros bisous.

kéline 27/07/2009

coucou me revoilounous sommes rentrés hier soir, un tit peu fatiguésVoici une bonne nouvelle que d'apprendre que cette grippe n'est qu'une grippette ce dont je me doutais bien ;)))gros bisous ma chère Stella j'ai reçu ton e -mail et suis bien heureuse de savoir que des améliorations sont à venir

Christian-Bernard Vidal 27/07/2009

Le professeur Debré, et il n’est pas le seul ! a quelques raisons de dénoncer la focalisation sur la grippe (A) il n’y a pas que les politiques et les pouvoir publics, les médias ainsi que les laboratoires avec les professionnels de la santé, profitent de la phobie du moment comme faire valoir.
C’est exactement le même problème que pour le réchauffement climatique, qui trouve sa véritable origine depuis les années 90, dans l’incendie de 700 puits de pétrole en 1991 au Koweït, ou il a fallut 9 mois pour en venir à bout, la nature en a pour au moins cent ans pour l’absorber complètement, en attendant nous en subissons les conséquences pendant que les professionnels en climatologie et associés,  s’en mettent plein les poches, dénoncer ce fait interfère dans les rapports du GIEC (il ne faut pas en parler) que tout cela ne nous empêche pas de dormir Stella.    

Juju 28/07/2009

Et ben, moi, je suis inquiète parce qu'on dit que la grippe risque de muter..Qu'il vaudrait mieux l'avoir maintenant..De toute façon, y'a plein d'autres choses dont on doive s'inquiéter..L'école de ma fille a failli fermer pour cause de  nombreux cas de pneumopathie...ps : ça y est...J'entends le journaliste de RTL à l'instant dire que Mme Bachelot a dit qu'elle passerait au niveau 6 le niveau d'alerte en septembre..Il y aurait 900 cas..Ce qui veut dire qu'on va bouleverser toute l'économie..Ca va être le souk...Si les écoles sont fermées, si les cinémas sont fermés, si les matchs se jouent à huit clos, c'est toute notre économie qui va souffrir...Si nous sommes tous obligés de porter des masques, bonjour les attaques de magasins par les voyous..Bonjour le commerce...Déjà que nous souffrons, ça va s'accélérer.S'il n'y a pas de cas mortel, pourquoi passer au niveau 6 ? A part foutre la m...e partout et semer la panique....Ma fille, instit, a peur pour ses enfants...et pour son bébé qui a une bronchiolite depuis plus d'un mois...Le bout'chou, hier, quand elle a vu son papy, mon mari, s'est mise à hurler..Dès qu'elle voit un homme inconnu, elle hurle..Son papy, elle ne le voit pas souvent...Moi, c'est tout juste..Elle a 7 mois...Il paraît que dès qu'elle entre dans la salle d'atttente du kiné, elle se met à hurler...Si je comprends, ta mère, ça ne va pas trop fort.....

arielle 28/07/2009

j'ai pigé la supercherie lorsqu'ils ont annoncé qu'il ne fallait plus passer par le samu mais par le médecin traitant. je me suis dit "il n'y a pas urgence"bien vu !bonne soiréearielle


Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog