VIOLENCE ET INSECURITE : MARRE !

Publié le par stella vidal

Deux CRS sont tombés dans un infâme guet-apens : des crétins, des voyous ont organisé une embuscade pour se payer du flic ! J'ai la rage de voir ça, il y a des moments où on peut comprendre que tous ces gens chargés de notre sécurité ripostent un peu trop vite, ou perdent leur sang-froid.

 Qu'attend-on pour mettre un terme de façon spectaculaire à ce phénomène récurrent d'instabilité dans certains quartiers ? 

 Prenons exemple sur New-York, qui, en quelques années est devenu une ville sûre, certainement beaucoup plus que Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Strasbourg etc... mais bon, on n'a pas été angélistes et la répression a été sévère : Rudolph Guiliani n'a pas lésiné sur les moyens. Voilà, le résultat est là.

 En France, les pseudo caïds de banlieues en effet, se targuent pour mériter le respect d'avoir fait un petit séjour en prison ! ...Le monde à l'envers, mais bon, c'est comme ça.
Pour eux, la prison, c'est comme un incubateur : on met les microbes (les virus, les bactéries ou ce que vous voulez) dans un milieu favorable, climat, promiscuité et très vite ils prolifèrent, s'organisent et récidivent encore plus fort.

Il faudrait peut-être penser à d'autres moyens de coercition tel des travaux forcés version 21ème siècle, en imposant à ces voyoux des périodes intenses de dur labeur, se lever tôt, un rythme régulier, se coucher la nuit et non le jour, bref vivre sur le modèle d'une vraie vie et non sur celui de l'argent facile des vols, agressions et drogue. Ceci aurait l'avantage pour le contribuable d'avoir la paix un certain temps et de ne pas payer pour nourrir ces oisifs élaborant d'autres mauvais plans en taule.

Mais bon, la gauche en général veut la jouer "bonne fille" qui comprend tout et trouve toujours des circonstances atténuantes. Elle parle éducation quand il faudrait dire "dressage" (c'est à peine exagéré)
Bon sang, il faut tout de même se rendre à l'évidence, il y a des coups de pied au cul qui se perdent, et moi, j'ose le dire, je crois très fort en Sarko pour nous aider à sortir de cette chienlit.

Et lorsque nos petits anges des banlieues montreront qu'ils ont l'intention de s'engager sur la bonne voie, pourquoi alors ne pas faire du soutien scolaire, de la formation professionnelle etc... etc..., mais cessons de donner sans jamais rien demander en retour. Dans la société, rien n'est à sens unique. Rien n'est dû, tout se mérite.

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog