MEURTRE DE TANIA, la maman du petit IBRAHIMA

Publié le par Stella Vidal

Meurtre de Tanja : ses proches accusent police et justice

La jeune femme aurait alerté à plusieurs reprises les autorités de la violence de son ex-conjoint. Ce dernier l'a tuée de plusieurs coups de couteau, avant d'enlever leur bébé de 18 mois mardi.

MEURTRIER-DE-TANJA.jpeg
Le meurtrier

L'institution judiciaire a-t-elle sous-estimé la dangerosité de l'homme qui, le 16 février dernier, a tué la jeune Tanja à Fontenay-sous-Bois avant de prendre la fuite avec leur fils de dix-huit mois ? Vivement mis en cause par l'entourage de la jeune femme, le parquet de Créteil (Val-de-Marne) s'est défendu jeudi de toute négligence. De son côté, la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, a demandé au procureur général de Paris de conduire une enquête sur la prise en charge de cet individu qui, par le passé, s'était déjà fait connaître pour des faits de violence.


Tanja, 25 ans, avait manifestement alerté à de multiples reprises les services de police depuis qu'elle avait fait le choix de quitter le père du petit Ibrahima, il y a environ six mois. «D'après ses proches, elle a commencé à se rendre au commissariat pour se plaindre des violences conjugales dont elle était victime durant leur vie commune, relate l'une des avocates de la famille, Me Marie-France Fontana.

Puis, à compter du moment où elle est repartie vivre chez son père, elle a commencé à être la cible de harcèlement et de menaces de mort.» Sasa, frère de la jeune femme, évoque un homme «infidèle» et «violent», précisant : «je lui disais de se calmer mais il répondait : “je vais la tuer, cette sale pute”» . «Compte tenu du degré d'agressivité manifesté par cet homme, on a du mal à comprendre que l'institution n'ait pas réagi plus vigoureusement, déplore Me Fontana.

Tanja avait averti la mairie, alerté les autorités judiciaires, écrit au président du tribunal de grande instance : que pouvait-elle faire de plus ?»

 

Nouveaux abus 

À bien y regarder, il apparaît que le père du petit Ibrahima était soumis à un double suivi lorsqu'il est soudain passé à l'acte, en début de semaine.

Depuis mai 2007, l'homme était astreint à un contrôle judiciaire dans le cadre d'une affaire de «viols en réunion» remontant au début des années 2000. À ce titre, il s'était vu notifier une interdiction de résider dans le Val-de-Marne. Cependant, il semble n'avoir jamais vraiment quitté le département.

«Lorsque leur relation s'est dégradée, elle a contacté son contrôleur judiciaire pour lui signaler cette infraction, mais aucune réponse concrète ne semble lui avoir été apportée», assure Me Fontana.


Plus récemment, une plainte pour «menaces» et «appels malveillants» a entraîné le déferrement de son ex-conjoint, puis son placement sous contrôle judiciaire avec «interdiction d'entrer en contact avec la plaignante».

«Cette obligation a été respectée, assure le procureur de Créteil, qui complète : Dans une lettre du 21 janvier, la victime a écrit qu'elle se sentait plus libre et demandait de prolonger la mesure.»


Moins catégoriques, les proches de Tanja jurent qu'elle s'était récemment signalée à la police pour déplorer les nouveaux abus de son ex-conjoint et réclamer une réaction plus dissuasive de l'autorité judiciaire. Dans l'hypothèse où ces assertions seraient confirmées par l'enquête, ils n'excluent pas d'attaquer l'État pour «dysfonctionnement».

bientot1.gif

Commenter cet article

le Pierrot 19/02/2010


pfff, ce sera la faute de personnes...


bunny le chti 19/02/2010


salut
sans commentaires
bonne soirée


Melly 19/02/2010


oui mais les flics ne se dérangent que lorsqu'il y a du sang ; preuve encore une
 fois !


:0014:dom 20/02/2010



Encore une preuve du disfonctionnement de la justice qui ne peut pas mettre en application les décisions qu'elle prend. Mais d'un autre côté, elle ne peut pas mettre un agent de protection pour
toutes les personnes menacées ... ni surveiller 24 heures sur 24 les condamnés à certaines astreintes ...
Là, je crois surtout qu'il y a eu négligence de la part du contrôleur judiciaire qui aurait du réagir. La suite nous le dira ... ou peut-être pas.
Bon week end ! Bisou$$$




Domi 22/02/2010


....Un monstre!!
Y'a t-il vraiment débat sur la peine de mort dans un cas pareil!!!?
Assassin!!!



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog