PAS DE GRAND CHELEM POUR LA GAUCHE : OUF !!!

Publié le par Stella Vidal

Selon les estimations d'OpinionWay, la gauche récolte 54,3% des voix au niveau national contre 36,1% pour la droite, qui garde l'Alsace et s'impose à La Réunion. Le FN confirme son regain de forme en dépassant les 20% dans plusieurs régions.

Les listes de gauche arrivent très largement en tête au second tour des régionales. Selon les dernières estimations de l'institut de sondage OpinionWay pour Le Figaro, elles récoltent 54,3% des suffrages. C'est 15 points de plus que la droite qui obtient 36,1% des voix. Le parti présidentiel n'a pas su profiter du léger regain de participation : évaluée à 49,5%, le taux d'abstention s'affiche en baisse de quatre points par rapport au premier tour. Selon OpinionWay, 51% des abstentionnistes du premier tour ayant voté au second ont soutenu une liste de gauche contre 39% seulement pour la droite.


 

 

 

La défaite est donc sévère pour la majorité, qui obtient  tout de même environ le même score qu'en 2004 (36,9%). Les listes de gauche, elles, progressent encore, gagnant plus de deux points par rapport au dernier scrutin régional (49,9%).


Seules ombres au tableau pour la gauche : l'Alsace et La Réunion, remportés par la droite. En Alsace, la liste de droite reste en tête à l'issue de ce second tour malgré le FN. Donné ex-æquo jusqu'au dernier moment avec son adversaire de la gauche Jacques Bigot, l'UMP Philippe Richert l'emporte finalement avec 47% des voix contre 39% pour la gauche. A La Réunion, le jeune candidat UMP Didier Robert (45%) parvient à détrôner le leader du Parti communiste réunionnais Paul Vergès (35,5%), qui présidait la région depuis 12 ans.

 

Le Pen frôle les 25% en PACA

Belle opération en revanche pour le Front national. Le parti de Jean-Marie Le Pen, qui avait crée la surprise au premier tour en récoltant 11,7% des voix, montre qu'il est de retour sur le devant de la scène politique avec un score de 9,7%. Un score très élevé alors que le parti frontiste n'est présent que dans 12 régions métropolitaines sur 22.


En Provence-Alpes-Côte d'Azur, Jean-Marie Le Pen rafle ainsi près d'un quart des suffrages (23,8%), derrière l'UMP Thierry Mariani (32,6%) et le socialiste Michel Vauzelle (43,3%). Idem dans le Nord-Pas-de-Calais, où Marine Le Pen obtient un score de près de 22%, à quatre points seulement de la secrétaire d'Etat UMP Valérie Létard (25,4%). La liste de gauche de Daniel Percheron l'emporte avec 52,3% des voix.


Dans les autres régions, l'hégémonie de la gauche se confirme. Ségolène Royal l'emporte en Poitou-Charentes avec 61% des suffrages contre environ 39% pour le secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau.


La gauche l'emporte aussi largement en Ile-de-France, où Jean-Paul Huchon sort vainqueur de ce scrutin avec 56% des suffrages contre 44% pour son adversaire de droite Valérie Pécresse.

En Languedoc-Roussillon, Geroges Frêche l'emporte avec 53% des voix, contre 27% pour l'UMP Raymond Couderc et 19% pour le Front National. Mais Martine Aubry l'a dit, le président de région «n'est plus un homme de gauche».

 

Fillon assume

fillon.jpg

Intervenant quelques minuites après l'annonce des résultats, François Fillon a reconnu «le succès des listes de gauche» qui constitue une «déception pour la majorité». Le premier ministre indique qu'il «assume sa part de responsabilité» dans la défaite de la droite. Il sera reçu lundi matin à 9h par Nicolas Sarkozy pour «faire le point sur le message des Français», indique l'Elysée. Au menu des discussions : l'ampleur du remaniement à mener. Samedi, le secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant avait assuré que les changements apportés à l'équipe gouvernementale seraient «modestes» et «techniques».

 

J'aimerais bien que les responsables politiques de la gauche arrêtent de nous rabattre les oreilles au sujet de démission et de changement de cap, les élections concernaient les assemblées régionales, pas la politique nationale. Non mais de quoi se mêlent-ils : est-ce que Jospin a démissionné ou rectifié le tir quand ils ont perdu les élections régionales de 1998 ? Alors profil bas !


La seule chose que Sarko ferait bien de revoir, c'est l'ouverture. Cela m'énerve au plus haut point que tous les postes importants finissent par revenir à des ténors ou ex-ténors de la gauche.


Et si on revenait à nos fondamentaux, les électeurs de droite se mobiliseraient davantage ! On finit par ne plus rien comprendre.

Allons jusqu'au bout du débat sur l'identité nationale, interdisons la burqa, continuons la réforme des retraites, râlons contre la taxe carbone, etc... etc... bref ... restons français quoi !

 

(d'après un article du figaro.fr)

 

aplus.gif



 

Commenter cet article

Melly 22/03/2010


On risque un jour d'avoir Marine LEPEN Présidente de la République ...

c'est drôle à imaginer, après le rateau de Ségolène !

mais bon, faut pas rêver !


:0014:dom 22/03/2010



Moi je suis sourtout déçue par les débats où il n'a été question que de la politique du gouvernement actuel !
Pas un mot sur les régions ... je suis ECOEUREE.
Bon début de semaine ! Bisoux$$$





tiot le chti 23/03/2010


salut
ca commence à changer sérieusement dans le pas de Calais
Marine est seconde derrière la gauche et devant la droite
il faut dire qua gauche commande cette région depuis la dernière guerre
il est temps que les gens se réveillent car les houillères ne sont plus là
bonne soirée$$$


Ydel 24/03/2010


Ce matin , j'ai lu qu'Aubry egratignair déjà Royal... Chez les Vets  le 68tard s'y voit déjà et oublie ses partenaires....
Ca recommence !!! ah la faim de pouvoir !!!


Christian-Bernard Vidal 24/03/2010



Lors de la présidentielle de 2007 tous les candidats ont signés le pacte de Nicolas Hulot par
peur d’être distancés par l’autre. Tout à fait entre nous Nicolas Hulot est un monsieur très intelligeant qui a trouvé suffisamment de couillons pour lui permettre de vivre grassement. Quand à la
taxe carbone elle est la principale cause de l’échec de la droite UMP aux régionales, une dizaine de jours avant le premier tour des régionales j’ai suggéré à Xavier Bertrand de faire marche
arrière, il était encore temps de renverser la donne. Résultat ils ont pris un coup de pied dans le derrière, il y a une autre erreur celle d’avoir reporté les municipales au lieu de les faires
dans la foulée comme cela était prévu, résultat la gauche a manœuvrée intelligemment en mettant en avant la non tenue des promesses faites par Nicolas Sarkozy et cela grâce à Ségolène Royal (ils
ne tiennent pas les promesses il faut les sanctionner)    




Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog