QUAND LES MILLIONNAIRES DU LOTO SE LIVRENT

Publié le par Stella Vidal

d'après lefigaro.f

Jean Bernard, Mr Becary, Alain Boinot, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot et Mme Becary, mardi à Paris. Crédits photo : AFP

Jean Bernard, Mr Becary, Alain Boinot, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot et Mme Becary, mardi à Paris.

Les deux sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, qui décryptent depuis des décennies les us et coutumes des anciens et nouveaux riches, se sont penchés sur ces gagnants du Loto, devenus millionnaires du jour au lendemain.

Richard et Sandrine (les prénoms ont été changés à leur demande) ont gagné 7 millions d'euros au Loto en 2006. Quatre ans plus tard, leurs enfants ne sont toujours pas au courant. Quand ils ont empoché leur pactole, Sandrine était vendeuse dans un magasin de chaussures et Richard travaillait dans une crèperie.

Ils ont expliqué à leurs enfants qu'ils avaient acheté une grande maison avec piscine après avoir vendu le magasin de chaussures et la crèperie. Trop petits pour comprendre, les enfants n'ont pas posé de question. Pour eux, la vie continue presque comme avant. Maman a arrêté de travailler pour s'occuper d'eux et papa a racheté une brasserie. Ils ont découvert les joies du Club Med.

Mais l'été dernier, toute la famille est partie dans un gîte 4 étoiles pour les vacances. Pourtant, Richard et Sandrine ont totalement changé de train de vie. Quand ils partent en amoureux, ils n'hésitent plus à descendre au George V, un palace parisien. Ils se sont tous les deux offert une Rolex à 10.000 euros. Et pour les fringues, ils ne comptent plus. «Le premier mois, on a renouvelé notre garde-robe, pour 40.000 euros chacun, raconte Sandrine. Mais on n'achète pas de marques haute couture».

 

Des envies raisonnables

Les deux sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, qui décryptent depuis des décennies les us et coutumes des anciens et nouveaux riches, se sont penché sur ces gagnants du Loto, devenus millionnaires du jour au lendemain.


Pendant deux ans, ils en ont interrogé une trentaine. Le couple à la ville comme à l'université livre son analyse cette semaine dans un opus intitulé «Les millionnaires de la chance» (éditions Payot). Ausculter les riches, c'est leur dada. «Nous avons travaillé vingt ans sur l'argent hérité et les dynasties fortunées, raconte au figaro.fr Michel Pinçon. Contrairement à ce que la rumeur veut bien faire croire, les millionnaires du Loto ont des envies raisonnables. Dans l'ensemble, ce ne sont pas des fambleurs».


Le premier chapitre de leur livre, «Une catastrophe heureuse», annonce la couleur. Pour les Pinçon, la vie change vraiment quand le gain atteint au moins 5 millions d'euros. «Le réflexe, au moins dans un premier temps, est de tenir le gain caché», écrivent-ils. Sandrine et Richard ne diront pas le contraire.... Paradoxalement, ils acceptent de rencontrer les journalistes, mais c'est sous un pseudonyme. «Il y a une difficulté à garder le secret: le silence, s'il est protecteur, est aussi frustrant», soulignent Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot.

Autre difficulté: «la richesse, ça s'apprend, déclare Michel Pinçon. Un héritier, ça se forme. Les millionnaires du Loto ont des reflexes dus à leurs origine». Les Pinçon n'ont pas rencontré de gagnants qui ont «pété les plombs». Il y en a, mais les cas sont rarissimes selon la Française des Jeux pour qui 99,9% des grands gagnants font fructifier leur pactole.

 

Donner sa chance à tout le monde

Comment dépensent-ils leur argent ? Selon la Française, ils commencent par acheter leur résidence principale, ils investissent aussi dans des placement sûrs (assurance-vie) et mettent de l'argent de côté pour l'éducation des enfants. «On a le sentiment de faire des générations de millionnaires», se félicite-t-on au service relation gagnants de la Française des Jeux, chargé d'aider les gagnants quand ils découvrent, un peu (beaucoup) déboussolés leur nouvelle richesse.


«C'est un peu tôt pour le savoir, mais il y a des gens dont la fortune gagnée au Loto va franchir la barre de la 2ème génération», pense aussi Michel Pinçon. L'an dernier, 122 joueurs du Loto ont gagné plus d'un million d'euros. Le record toute catégorie remonte à 2005: 75 millions d'euros empoché par une seule et même personne. «La magie du Loto, c'est donner sa chance à tout le monde, car c'est le hasard pur.


Il apporte un gain qui ne récompense ni le mérite, ni l'effort, mais qui ne lèse personne», affirme Michel Pinçon. Selon lui, pour les gens modestes, c'est toujours du bonheur, car l'argent leur apporte des satisfactions auxquelles ils aspiraient mais qui étaient inaccessibles. «Pour autant, l'argent ne suffit pas à apporter une plénitude absolue mais c'est beaucoup plus difficile d'être heureux en étant pauvre!». Sandrine et Richard, en tout cas, semblent bien dans leurs nouvelles baskets. «On était heureux avant de gagner au Loto, c'est que du plus», insistent-ils tous les deux. Cette semaine, Sandrine s'est acheté un nouveau sac, un modèle Lancel à 1. 000 euros. Elle sait qu'elle en aura bientôt un autre.

 

3321170738_b0a1a85a2e.jpg


Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog