SOPHIA ARAM l'humoriste ferait bien de balayer devant sa porte !

Publié le par Stella Vidal

Sophia Aram, les « gros cons » du FN… et la mère escroc

  SOPHIA-ARAM.jpg

Elle avait traité les électeurs du FN de gros cons, on peut maintenant lui retourner le compliment : quelle grosse conne ! Qu'elle s'occupe de sa mère escroc ! Lisez plutôt :

L’adjointe au maire de Trappes et mère de l’humoriste “engagée” Sophia Aram, chargée de l’action républicaine, promettait des papiers à des étrangers contre de l’argent.

Elle a fini par être rattrapée par la justice et a démissionné. Khadija Aram, l’ancienne adjointe au maire de Trappes, chargée de l’action républicaine, est convoquée le 26 avril devant le tribunal de grande instance de Versailles. La justice soupçonne l’ancienne élue, qui a démissionné le 1er mars, d’avoir fait croire à huit personnes qu’elle pouvait leur obtenir des titres de séjour contre de l’argent.

Elle leur aurait ainsi soutiré 31500 €, entre fin 2008 et janvier 2010, en abusant de sa qualité d’élue. Menacée par certains sans-papiers, qui avaient payé sans jamais recevoir leurs titres de séjour, elle aurait ensuite tenté de les rembourser en utilisant le chéquier de l’association Femmes de Trappes et d’ailleurs, dont elle est la fondatrice et la présidente, pour un montant de 16500 €.

L’affaire commence fin février 2010. Deux personnes, qui ne se connaissent pas, viennent le même jour déposer une main courante contre Khadija Aram, encore élue à l’époque. Ils racontent que cette femme leur a promis des titres de séjour contre de l’argent et qu’ils se sont fait escroquer.

Parmi les enquêteurs du commissariat de Trappes, cette affaire fait écho à une autre plus ancienne. Et ils font très vite le rapprochement. En novembre 2009, un esclandre avait éclaté sur le parvis de l’hôtel de ville entre l’élue et deux personnes. Khadija Aram s’était fait insulter et menacer. Elle avait alors décidé de porter plainte.


Les policiers avaient entendu les mis en cause. Ces derniers reconnaissaient avoir menacé l’élue, mais donnaient des raisons qui interpellaient les enquêteurs. Ils indiquaient que cette femme très connue à Trappes leur avait promis des papiers moyennant finances, mais sans résultat. Les personnes racontent aux policiers que « l’essentiel se passait dans l’ascenseur de la mairie ». Elle déclarait à ces demandeurs « prenons l’ascenseur plutôt que l’escalier » et leur disait que s’ils avaient « besoin de papiers, ils pouvaient venir la voir ». Si sa qualité d’élue ne suffisait pas pour obtenir leur confiance, les demandeurs pouvaient être rassurés en pianotant sur son site Internet où elle apparaît en photo avec une personnalité de l’ambassade du Maroc.

 

Certains, ainsi convaincus, lui ont versé 2500 €, d’autres 6000 €, pour des papiers dont ils n’ont jamais vu la couleur. Forte de tous ces éléments, la police judiciaire, chargée de l’affaire par la suite, a convoqué à plusieurs reprises l’élue. Elle leur a fait faux bond à chaque fois. Finalement, un mandat de recherche est rédigé contre elle. Et samedi, c’est la brigade anti criminalité des Hauts-de-Seine qui l’a interpellée. Lors de ses auditions, elle a expliqué son geste par des difficultés financières importantes et des problèmes de santé. Joint hier soir, le maire PS, Guy Malandain, n’a pas souhaité s’exprimer. Source: Le Parisien

 

Allez Sophia, va te rhabiller et prépare toi à porter des oranges à ta mère !


Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog